Eldorado Dancing

EldoradoDancing-photo

Cécile Arthus | Métie Navajo
CRÉATION 2019

Eldorado Dancing est lauréat de la bourse d’Aide à l’écriture théâtrale de l’Association Beaumarchais-SACD et du label Jeunes textes en liberté

Pourquoi n’y aurait-il plus de jeunes gens assez passionnés pour déserter les perspectives balisées qu’on veut leur faire prendre pour la vie? Pourquoi n’y aurait-il plus d’êtres assez déterminés pour s’opposer par tous les moyens au système de crétinisation dans lequel l’époque puise sa force consensuelle?

Jeu d’identités, jeu de rôles, à travers une fiction nourrie de réalités sociales, Eldorado Dancing met en scène des jeunes d’aujourd’hui, victimes et menaces, dans leur rapport au monde et au langage. Ils sont guidés par le désir jusqu’au-boutiste de changer leur vie, trouver une place dans le monde.

Avec gravité, humour et délicatesse, Eldorado Dancing nous propose d’abattre les murs, réels ou intérieurs, pour ouvrir les portes, de secouer les stéréotypes pour laisser passer l’énergie vitale.

Vulnérable et insolente, conservatrice et rebelle, la jeunesse, dans ses contradictions, surprend, étonne, bouscule les codes. C’est le temps des questions et des débordements qui fascinent et inquiètent. C’est le regard encore naïf qui explore les possibles, le corps affirmant son énergie, et une pensée susceptible d’entreprendre, capable d’introduire comme un ferment nouveau dans un monde déjà vieux.

Résumé

La pièce commence aux portes de la fête, devant l’Eldorado, une boîte de nuit ringarde perdue dans le périurbain, à quelques stations d’une inaccessible capitale, dans un temps proche du nôtre où ce genre de lieux récréatifs sont en voie de disparition pour des questions de sécurité.

L’action s’ouvre sur une situation de discrimination ordinaire : Sofiane, jeune homme «couleur locale» (facilement catalogué garçon de cité ou potentiel terroriste, par exemple) se voit interdire l’entrée de la boîte de nuit. Posté devant les portes, il s’adresse longuement à l’oeil muet de la caméra de surveillance. Il rencontre Salomé, héroïne ce soir-là du célèbre reality virtual webshow «Fête dans Ta Tête», en quête de sensations et de «vues». Ces personnages s’offrent en spectacle, se mettent en scène et se dévoilent respectivement devant un hypothétique vigile d’une centrale de surveillance,  d’hypothétiques followers et un grand maître du monde virtuel, Merlin « le Démon ».
Au fur et à mesure de l’avancée de cette nuit rythmée par les récits de l’intérieur de la boîte de nuit, les rondes de l’agent Maryam Benchaouche et les apparitions de Merlin le Démon qui s’infiltre de plus en plus dans l’action et les esprits, Sofiane et Salomé sortent  progressivement du cadre.
À l’arrière plan, une figure énigmatique les réunit : Shéhérazade, jeune militante (engagée dans la défense des droits des migrants) morte lors d’un rassemblement. Icône de la toile pour Salomé, camarade de lutte pour Sofiane, et terrible spectre pour la police, son ombre plane sur tous les protagonistes.
Sous l’oeil des followers affamés d’événements, la possibilité d’entrer dans l’Eldorado Dancing devient peu à peu une question politique, une action collective et symbolique de résistance.

Intentions

Eldorado Dancing s’inscrit dans le prolongement d’une réflexion déjà entamée autour de la jeunesse et de la violence, dans une pièce écrite l’an dernier, Taisez-vous ou je tire. J’y développais à partir d’une situation ordinaire et très concrète (la salle de classe d’une banlieue « mixte », les rapports de force brutaux qui y règnent, le rapport au savoir et à l’autorité encore représentée par une professeure) un questionnement sur les représentations stéréotypées qui sont déterminantes dans la construction d’une identité, en l’occurrence celle d’adolescents.

J’essayais d’y montrer la violence psychologique à l’oeuvre entre les individus, la violence des institutions envers les êtres, et, englobant celles-ci, le désir de violence ressenti par une société devenue avide de catastrophes.

J’ai eu envie de continues à explorer ces thèmes de réflexion ancrés dans le champ politique et social. A travers des personnages aux prises avec un monde qui ressemble au nôtre tout en étant bien sûr qu’un de ses possibles reflets: un Etat devenu état d’urgence où le divertissement -comme toute forme de rassemblement, est soit dangereux soit suspect- je m’attache cette fois à explorer les liens entre la fête, la rencontre, et la révolte sous le règle de l’image multiple et de son commentaire. La parole et le pouvoir d’influence de la sphère virtuelle sont prépondérants.

Les personnages se révèlent au fur et à mesure de la nuit: ils débordent du cadre, ils sortent de la représentation d’eux-mêmes pour advenir dans une action concrète qui pourrait bien être le seul véritable événement, et qui justement n’est pas destinée à être médiatisé.

La fin de la pièce opère un glissement des corps solitaires, virtuels ou réels, vers la possibilité d’une fête politique si on peut dire. L’issue de secours de l’Eldorado Dancing s’ouvre, le nom de la boîte de nuit prend alors tout son sens.

Au petit matin, la 1001ème nuit peut commencer…
Métie Navajo

CALENDRIER (EN COURS)

Création à La Ferme de Bel Ébat* à Guyancourt le 15 mars 2019 à 14h15 et 20h30

> 20, 21 et 22 mars 2019 à 20h30 | Théâtre – Maison d’Elsa, Jarny (54)
> 1 avril 2019 à 20h30 | Théâtre de la tête noire, Saran (45) – festival TEXT’AVRIL
> 23 avril 2019 à 14h30 et 24 avril à 20h00 | Théâtre de Lorient – CDN (56)
> 16 mai 2019 à 10h00, 17 mai à 20h30 et 18 mai à 16h00 | Le Préau – Vire (14) – festival ADO

Saison 2019 – 2010
MJC Rodez (12) – festival NOVADO
Théâtre de Coutances, Normandie (50)
Nest – CDN transfrontalier de Thionville Grand Est (57)
ACB – Scène nationale de Bar-le-Duc (55)
Théâtre Paris Villette* (75)
Théâtre Antoine Vitez d’Ivry* (94)
Théâtre Jean-Vilar de Vitry* (94)
Théâtre de Châtillon* (92)

* Eldorado Dancing est lauréat de l’appel à projets 2018-2019 du réseau La Vie devant soi – Réseau coopératif francilien de production et de réflexion autour des publics adolescents


Téléchargements

DOSSIER ELDORADO DANCING


 

 

Générique

mise en scène
CÉCILE ARTHUS

Texte
MÉTIE NAVAJO

Chorégraphie
AURÉLIE GANDIT

Scénographie
ESTELLE GAUTIER

Costumes
CHANTAL LALLEMENT

Lumières
MAËLLE PAYONNE

Musiques et sons
CLÉMENT BOUVIER

AVEC
Bellamine Abdelmalek
Clémentine Billy
Lucie Digout
Ghislain Decléty

Production
Oblique Compagnie

Coproductions
Centre Culturel Pablo Picasso, Homécourt, Nest-CDN Transfrontalier de Thionville Grand-Est, ACB – Scène Nationale de Bar-Le-Duc, le réseau La vie devant soi

Soutiens en résidence
Théâtre la Maison d’Elsa, Jarny (54) en partenariat avec le Centre Culturel Pablo Picasso, Homécourt (54) | Nest – Centre Dramatique National transfrontalier de Thionville Grand Est (57) | La Ferme de Bel Ébat, Guyancourt (78)

Soutiens financiers (en cours)
Région Grand Est | DRAC Grand Est : aide à la création
Beaumarchais-SACD au titre de l’aide à la production
La SPEDIDAM

Avec la participation artistique du Studio d’Asnières-ESCA et du Jeune Théâtre National

Spectacles

EldoradoDancing-photoEldorado Dancing
crédit photo@Jeanne RoualetTaisez-vous ou je tire
photo @ Arthur PequinAngelo ... de Victor Hugo
crédit photo@Pascal GelyHaute - Autriche

Actions Artistiques

Photo Stéphane ThéveninContre-courants # 3
credit photo@Virginia CastroContre-courants # 2
crédit photo@Pascal GelyContre-courants # 1

Autres Collaborations

crédit @ Richard VollanteLooking for Alceste