Présentation

POURQUOI LE THÉÂTRE ?

Note de Cécile Arthus, metteure en scène

“Le théâtre est pour moi un lieu vivant de la parole et de la pensée. C’est un lieu d’exploration de l’être, de soi, de l’âme offerte aux autres à travers la création. Il nous tend un miroir, dévoile nos peurs, démasque nos mensonges, témoigne de nos aveuglements, révèle nos illusions, montre nos contradictions. Il est là pour nous émouvoir, nous questionner, nous bousculer, nous toucher, nous sensibiliser, nous émerveiller, nous traverser.

Le théâtre est un art du présent, le contraire d’un lieu d’habitude. Il est le lieu où quelque chose se passe dans une expérience toujours renouvelée. Des êtres y prennent le temps de vivre et de se donner, partageant leurs enthousiasmes ou leurs révoltes. Portés par une esthétique, ils nous transmettent une image de ce que nous sommes dans le monde qui est le nôtre.

À travers la fable et le jeu des acteurs, dans une recherche du sensible et de l’épure, je décortique et défriche des situations complexes qui ont toutes quelque chose de familier. Les personnages y cheminent souvent vers une prise de conscience, tentant de faire exploser les limites et les carcans dans lesquels ils se débattent, afin de trouver leur propre voie.

Chaque spectacle que je mets en scène, quels qu’en soient la forme, le sujet et les moyens de fabrication, est pour moi l’occasion de raconter une histoire singulière, qui me touche, à travers une parole spécifique d’auteur.

Une de mes préoccupations est de mettre le jeu de l’acteur et sa présence au centre de mes propositions : un acteur qui tout en se laissant traverser par la situation ne se confond pas avec le personnage, mais qui témoigne pour lui. Je veux avec lui trouver la distance juste, celle qui permet aux spectateurs d’avoir une écoute active en éprouvant du plaisir et des émotions.”

Cécile Arthus

OBLIQUE COMPAGNIE

Un parcours

La compagnie Oblique est née en 2004 à l’occasion du festival francophone de Munich au Tankestelle theater. Ses différents membres (comédiennes, metteur-es en scène, dramaturges, techniciens) sont alors étudiants dans différents domaines du spectacle vivant (universités, écoles nationales et cours privés). Cécile Arthus, qui engage son parcours de metteure en scène, en assure la direction artistique. Pendant plus de 5 ans, l’équipe se saisit des opportunités de travail pour accumuler des expériences de plateau formatrices, joyeuses et très riches artistiquement. Les premiers spectacles sont des choix coups de cœur, imprégnés du plaisir et de l’enthousiasme à travailler ensemble et partager avec le public.

Progressivement, la compagnie s’inscrit dans une démarche artistique plus élaborée avec des motivations plus exigeantes. Son travail, déjà dédié à l’écriture contemporaine, aboutit à la création de quatre spectacles qui tourneront principalement dans des festivals : en région parisienne, en milieu rural, en décentralisation et dans les réseaux secondaires.

En 2011, Jean Boillot repère le travail de la compagnie et propose à Cécile Arthus d’être artiste accompagnée au Nest-CDN transfrontalier de Thionville-Grand Est, mais aussi de faire partie du collectif transfrontalier total théâtre. À ce titre, elle va travailler en Belgique, au Luxembourg et en Allemagne. Ce soutien qui devait durer un an deviendra finalement une collaboration de huit années. d’abord artiste accompagnée, Cécile Arthus est ensuite artiste en résidence pendant 3 ans puis artiste associée pendant 4 ans. Elle s’implique de plus en plus dans la vie de la maison, et, persuadée qu’il faut travailler à l’accès des jeunes au théâtre, elle met en place avec Jean Boillot un festival en direction des adolescents, la Semaine Extra, qu’elle dirige et programme pendant 4 ans.

Au-delà du bonheur de vivre ces expériences nouvelles et enrichissantes, l’aventure dans ce lieu permet à la compagnie de s’implanter de façon active et dynamique sur le territoire. Pendant ces huit années, la compagnie donne de l’ampleur à ses activités de création, de recherche et de transmission. elle développe un répertoire mais aussi une expertise jeunesse, tout en allant toujours plus loin dans la rencontre avec les publics dans leurs diversités.

Sa participation à Quintessence en 2014 lui fait gagner en visibilité. Elle obtient alors une aide à la structuration de la région grand est (de 2015 à 2017) qui lui permet de doter la compagnie d’une structure administrative. Le travail artistique y gagne pleinement en maturité par un gain du temps consacré à la création.

Au fil des années, la qualité du travail de Cécile Arthus et de la compagnie bénéficie d’une reconnaissance de plus en plus large, de locale à régionale et nationale, avec de multiples financements (y compris européens et intersectoriels) et de nombreux soutiens sur six régions : Grand-Est, Île de France, Normandie, Bretagne, Occitanie, Centre.

Grâce à ce développement, la compagnie a pu s’associer à d’autres structures (Le Préau-CDN de Normandie à Vire, La Ferme de Bel Ébat à Guyancourt), œuvrer sur d’autres territoires et dans d’autres lieux, avec des expériences et des rencontres significatives. Son réseau s’est étendu et les contacts sont de plus en plus nombreux : lieux, institutions, programmateurs avec lesquels un véritable dialogue est possible.

Les spectacles reçoivent une bonne adhésion générale et la compagnie a pu noter une nette progression en termes de diffusion, de production, de partenariats et de soutiens. Avec une capacité de recherche et de création augmentées, la compagnie a ainsi conforté ses possibilités de rayonnement.

Riche de ce parcours, la compagnie construit maintenant son projet pour les trois prochaines années. Elle entame un nouveau cycle qui s’inscrira dans la continuité de ses choix, toujours dans la recherche artistique, aussi bien sur le fond que sur la forme.

Elle est conventionnée par la DRAC Grand Est et la Région Grand Est depuis 2020.